CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


CAMBODGE: Préserver la mémoire d'un peuple...

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

La gare de Kirievo

Galerie Photos

 

Famille kurde arrivant en France, 1990

Kurdes en France

 

Rizière

Philippines

Femme cuisant du pain dans un four traditionnel

Marais d'Irak

Vue aérienne de l'ile de Das avec ses torchères

Das Island, UEA

MNK

Vue des ruines d'AngkorArtiste des rues en France, Delphine Kassem vit aujourd’hui au Cambodge et elle se bat pour une poignée d’artistes dépositaires des arts traditionnels afin que la culture khmère ne s’éteigne pas avec eux.

     « La rue 360  est en terre battue ( comme la majorité des rues de Phnom Penh, la capitale cambodgienne ) avec des cailloux et des nids-de-poule mais notre maison est facile à trouver, c’est la seule  à garder le portail grand ouvert sur la rue, nous ne voulons aucun obstacle entre nous et nos visiteurs. ».  En ce début de matinée, Delphine Kassem reçoit un groupe de touristes venus visiter « Sovanna Phum »,

Le grand thèâtre d'ombres

l’association qu’elle a fondée en 1995 et qui soutient les arts populaires khmers.. Dans la grande salle éclairée par des fenêtres à claire-voie, de grandes marionnettes en cuir, finement ouvragées, représentant rois et princesses grimpés sur des animaux chimériques, ne sont pour l’heure que de jolies figurines décoratives qui, en fin de journée, quand le spectacle commence, animeront de fabuleuses épopées.Montreur de marionnettes à AngkorCe sont les personnages du Sbek Thom, l’art royal par excellence, le grand théâtre d’ombres, celui qui était exclusivement réservé  à la cour; mais on sent que Delphine a une nette préférence pour de drôles de petits personnages, pantins articulés, rigolards qui sont exposés sur de grandes toiles tendues tout autour de la salle,  les héros du Sbek Touy, le théâtre mineur, celui du peuple, des places de village et des venelles, celui qui jacasse, qui se moque de tout, qui se joue la nuit, parfois très tard, pour mieux parler entre amis de fesse et de politique.  

Un art en voie de disparition     

Danseuse du ballet royalSans Delphine et son association, le petit théâtre d’ombres  n’existerait plus,  « Pas une seule de la centaine de troupes que comptait le Cambodge n’a survécu à la période de Pol Pot et de ses Khmers Rouges ; ils ne se contentèrent pas d’éliminer les artistes, ils détruisirent tous les objets,instruments, livres susceptibles de rappeler un passé qu’ils souhaitaient effacer et les marionnettes ont été  balayées dans ce maelstrôm de destructions. »

     Quand Delphine Kassem arrive au Cambodge, il y a dix ans, le théâtre d’ombres, grand et petit, était en voie de disparition : « Il ne restait que quelques grandes marionnettes, pourrissant dans un coin de l’Ecole des Beaux Arts de Phnom Penh  et des représentations  du grand théâtre étaient données  parfois pour les touristes.  J’arrivais de France, j’avais vingt ans, une expérience du spectacle de rue et la dernière année, j’avais géré avec un ami un café-théâtre à Mont-de Marsan. Désirant découvrir d’autres lieux, nous étions partis pour le Vietnam. Saigon nous a déçus : trop grand, trop de pollution, des gens trop speed, le sourire rare. Deux jours plus tard, nous prenions le bus pour le Cambodge et à peine la frontière franchie, nous avons tout de suite senti la différence, le courant passait et voilà c’était parti. »

     A peine arrivée, Delphine découvre l’école du Cirque dans l’école des Beaux Arts de Phnom Penh ( le cirque est une tradition très ancienne dont on trouve la trace dans des bas-reliefs des temples d’Angkor ); elle y enseignera bénévolement le diabolo et elle se fait des amis parmi les élèves et les enseignants. Elle réalise que les artistes vivent difficilement avec des salaires de misère et qu’ils manquent terriblement de contacts avec le public ; il existe bien un Théâtre National mais y organiser des spectacles demande trop de moyens  et d’effectifs pour remplir une scène très grande. De plus le Théâtre disparaît dans un incendie en 1994, il ne reste que des ruines aujourd’hui.

Le rôle de Delphine et de son association...    

Pour gagner sa vie, Delphine travaille comme hôtesse d’accueil dans un restaurant où elle rencontre la colonie étrangère de Phnom Penh. Elle se rend compte que ses clients sont demandeurs de spectacles: « D’un coté, je voyais des étrangers curieux de découvrir les arts traditionnels et  de l’autre, mes amis artistes qui étaient totalement coupés  du public et qui risquaient de perdre leurs talents faute de représentations. »

   « Un  tout petit projet – c’est Delphine qui parle -  a commencé à germer dans ma tête. Il fallait ouvrir un lieu d’accueil pour les artistes et le public et je suis partie à la recherche d’un soutien financier. Je devais avoir des arguments suffisamment convaincants car je suis arrivée à réunir 2300 dollars auprès de la colonie étrangère. C’était suffisant pour louer un terrain et construire une scène. Aujourd’hui les pièces de théâtre sont jouées en langue khmère; les étrangers préfèrent la danse et la musique qui leur sont plus accessibles. Les deux premières années, nous donnions trois représentations par week-end, c’était faisable, la culture khmère est tellement riche!  Mais ayant décidé que le spectacle était gratuit pour permettre à tout le monde de venir nous étions sans cesse sur la corde raide. Il fallait trouver un moyen de récolter de l’argent dans ce pays  si pauvre que même une participation  bénévole  ne donnait aucun résultat; aussi nous nous sommes tournés vers les étrangers en reprenant la formule du café-théâtre et je me suis retrouvée derrière les fourneaux à faire de la fondue savoyarde, seul plat  de ma région d’origine,   la Savoie,  que je savais cuisiner. Gros succès, mais nous nous sommes rendu compte que certaines personnes venaient plus pour ma fondue que pour le spectacle Donc par la suite nous avons arrêté la fondue et maintenant nous faisons payer les entrées à ceux qui en ont les moyens . Pour les gens du quartier, c’est gratuit et ça le restera. »

   Au départ, Delphine ne pensait rester qu’un ou deux ans, le temps pour les artistes et le public de faire connaissance. L’arrivée de Mann Kosal avec ses marionnettes en 1995 va bouleverser ses plans :  « Il avait pour toute richesse six petites marionnettes assez simplettes, nous les avons gardées en souvenir, et il m’a dit qu’il voulait faire un spectacle, nous n’étions pas équipés pour une telle entreprise, il fallait trouver d’autres marionnettes, des assistants, des musiciens » ; pour Delphine avec son moral de gagneuse les obstacles sont fait pour être contournés : elle a franchi une nouvelle étape et elle a créé son association. « En rencontrant Kosal, je sentais que j’avais en face de moi un obstiné qui irait jusqu’au bout de sa passion pour les marionnettes». Et son intuition ne l’a pas trompée : Kosal est devenu maître de marionnettes : « Si Kosal n’était pas entêté, jamais il n’aurait pu reconstituer cet art dans toute sa splendeur ; il a enquêté auprès des derniers témoins qui lui racontaient  ce qu’ils avaient vu, il a recueilli la mémoire des survivants, seule sauvegarde de cet art populaire,contrairement à l’art de la cour qui avait la chance d’être archivé, filmé, décrit dans des livres publiés à l’étranger. »  Avec Delphine ils ont créé la seule troupe professionnelle du petit théâtre d’ombres qui se produit régulièrement dans la capitale, en province et même à l’étranger.

     « L’année dernière, nous avons passé un mois en Angleterre en participant à une exposition alternative avec six artistes anglais ; nous nous sentions  assez décalés, avec cette langue, cette culture et surtout les moyens mis à notre disposition, ce n’était  pas facile à réaliser et pourtant l’exposition a eu un gros succés.  Cette année, Kosal et trois  anciennes danseuses du Ballet Royal, des rescapées des massacres, donneront en première mondiale à l’université de Yale dans le Connecticut  le récit de leurs vies pendant la période des Khmers rouges avec danses et marionnettes. »

      Dans la cour, Ping, un élève de Kosal, travaille sur un billot un morceau de peau qui deviendra  marionnette ; il  est  entouré de gamins du quartier :  «  je sais que parmi eux, il y en a qui seront nos futurs élèves ; j’aime les voir tourner autour de nous, c’est ce contact qui peut déclencher une vocation . » C’est  cette relation innée, cette ouverture de Delphine  vers les autres qui donnent toute l’énergie à son association ; elle est connue du tout Phnom Penh, parcourant inlassablement la ville, distribuant les affichettes annonçant les futures représentations.

        La province n’est pas oubliée. Delphine et Kosal rentrent d’une tournée qui a reçu un tel accueil qu’une nouvelle tournée est prévue à l’automne après la saison des pluies : « Un soir, dans un village au fin fond de la province, nous étions incapables d’évaluer le nombre de spectateurs, un millier devant l’écran et peut-être trois  cents derrière, la représentation venait de finir et personne ne bougeait, ils attendaient la suite, comme autrefois quand les spectacles se prolongeaient sur plusieurs nuits. Nous n’avons pas hésité un instant, nous avons enchaîné une deuxième histoire malgré la fatigue, c’était une séance comme au bon vieux temps, un vrai bonheur.»  Contente, Delphine ? « Oui, j’ai réussi, je ne suis plus indispensable. Jusqu'à l ‘année dernière, nous fermions l’association dés que nous partions en tournée ; maintenant nous pouvons organiser plusieurs spectacles en même temps et le coté administratif suit ; je suis partie quatre mois en Europe l’année dernière et le loyer n’a pas pris un mois de retard en mon absence! »

         Puis Delphine se met à rêver : « J’ai essayé de parer au plus pressé. Quand j’aurai trouvé un administrateur pour me remplacer, j’aimerais remonter sur les planches, peut-être comme clown … » Vraiment ?: « Non, soyons sérieux, des clowns on en trouve partout; mais notre association , il n’y en a qu’une,  elle permet à  Kosal de vivre de son métier de marionnettiste  et de poursuivre ses recherches ;  mais je ne veux plus l’entendre dire qu’il est le meilleur joueur du petit théâtre d’ombres du monde et ajouter avec son sourire triste :- c’est si facile puisque je suis le dernier .-  à nous d’assurer la relève» . La saison des pluies commence, Phnom Penh plonge dans une douce torpeur tropicale mais pour « Sovanna Phum », il n’y a pas de saisons.

(inédit)

 

 

 

 

postmaster@chris-kutschera.com


Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2012

ENGLISH

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

Marchand de passeports à Erbil

Passeports à vendre

 

Spectacle dans la rue

Fête à Paris

Cherif Ali, devant un tableau du roi Fayçal

Cherif Ali d'Irak

 

Derviche kurde avec des poignards dans le crâne

Derviches Kurdes

 

couv 40

Livre Noir